12 mars 2015

L'individualisme méthodologique et le Conseil du patronat

J'ai vérifié pour le cas de quelques concepts avec lesquels je suis familier, et les définitions proposées par Wikipédia sont généralement explicites et de bonne qualité. C'est le cas avec le concept d'individualisme méthodologique, un paradigme de sciences sociales, selon lequel les phénomènes collectifs peuvent (et doivent) être décrits et expliqués à partir des propriétés et des actions des individus et de leurs interactions mutuelles (approche ascendante). Cette approche s'oppose au holisme, selon lequel les propriétés des individus ne se comprennent pas sans faire appel aux propriétés de l'ensemble auquel ils appartiennent (approche descendante). L'article précise que l'individualisme méthodologique se comprend par trois propositions: (1) seuls les individus ont des buts et des intérêts; (2)le système social résulte de l'action de ces individus; (3) les phénomènes ne sont explicables que grâce à des théories qui se réfèrent aux individus.

Le Conseil du patronat récidive dans sa charge contre les régions en s'appuyant sur une étude sur la prospérité qu'il a menée et qui démontre que l'Est du Québec est la région où il s'est créé le moins d'entreprises de 2001 à 2010. Il établit un ratio de 7,9 entreprises créées par 1000 habitants au Bas-Saint-Laurent contre 14 pour l'ensemble du Québec. Ce fait est d'emblée questionnable puisqu'il ne considère que les entreprises dites manufacturières. C'est toutefois ce que le Conseil en déduit qui est réducteur: Devant ces chiffres, les auteurs de l'étude parlent d'un potentiel entrepreneurial non exploité dans plusieurs régions du Québec. Donc, s'il se crée moins d'entreprises manufacturières au Bas-St-Laurent, c'est parce que les gens y sont moins entreprenants. On oublie toutes les variables contextuelles, les effets des politiques publiques, les caractéristiques des régions, le phénomène centre-périphérie. Non: légitimé en cela par l'individualisme méthodologique, le Conseil du patronat décrète que la cause en est que les individus n'exploitent pas leur potentiel entrepreneurial. Parions que la phase 2 de ce discours consistera à suggérer d'abolir les cours de philo (qui apprennent à réfléchir avant l'action) pour les remplacer par des cours d'entreprenariat (qui mobilisent l'action).

Bien sûr, nous pouvons utiliser les méthodes et les approches qui nous conviennent pour interpréter les phénomènes sociaux. Mais la rigueur impose toutefois certaines nuances, ce dont semble incapable le Conseil du patronat.(source de la photo de Yves-Thomas Dorval, PDG du Conseil du patronat).

Aucun commentaire: